Accueil Minceur et Nutrition L'EphédraEphédra : description de la plante



Ephédra : description de la plante


Utilisée depuis plus de 5000 ans en Chine, l'éphédra est un petit arbuste que l'on retrouve principalement sous le terme Ma-Huang.


L'éphédra est originaire d'asie, avec quelques cousins en Russie et nord de l'Europe. Actuellement, on utilise les rameaux de la plante et non plus les graines.
L'Ephédra, généralités

Ephédra : description de la plante


L'éphédra est un petit arbuste appartenant à la famille des Ephédracées. C’est un arbrisseau trapu et dioïque, c’est à dire que les fleurs mâles et les fleurs femelles se trouvent sur des pieds séparés. Il se présente sous forme de rameaux fins, cylindriques et verts. A chaque ramification, on trouve une gaine de forme plus ou moins allongée et bilobée. Il s’agit d’une feuille modifiée.

Les fleurs, unisexuées, sont de couleur jaune ou verte et groupées en chatons. Les fleurs mâles renferment le pollen et les fleurs femelles, entourées de bractées épaisses et charnues, sont destinées à être pollinisées par les insectes. Les fruits sont des akènes (fruit à graine unique) comestibles et ressemblant, à maturité, à des baies rouges.

L'éphédra est originaire d'Asie centrale (Chine du nord et Mongolie), mais certaines espèces se retrouvent dans la toundra Russe ou dans le nord de l'Europe et de l'Amérique. Elle pousse le plus souvent dans des zones désertiques, mais requiert une terre bien drainée. On la cultive à partir de semis en automne ou par division de la racine en automne ou au printemps.

Parmi la trentaine d’espèces d’Ephédras existantes, celles utilisées en thérapeutique sont surtout d’origine asiatique : Ephédra sinica (connue sous le nom chinois de Ma-Huang) et ses proches cousins E. equisetina, E. intermedia et E. gerardiana.

Une seule espèce est présente en France. On la retrouve sur les zones sablonneuses de la côte océanique, c'est l'Ephédra distachya, aussi appelé raisin de mer en raison de la couleur rouge du fruit et de sa ressemblance à un grain de raisin. Sa période de floraison se déroule de mai à juin. Il faut signaler que certaines espèces d'éphédra ne contiennent pas d'éphédrine, la substance active que renferme l'éphédra sinica et ses cousins. C’est le cas de l’E. nevadensis, espèce nord-américaine.

Ephédra : histoire et origines


La première trace de consommation de l'éphédra en tant que plante médicinale remonte à 60 000 ans. Elle a été retrouvée au milieu de 8 autres plantes sur un site archéologique du Moyen-Orient (en Irak), dans une tombe de l’époque néolithique. L'éphédra est utilisée en médecine traditionnelle chinoise depuis plus de 5000 ans. La phytothérapie chinoise utilise rarement l'éphédra seule, mais plutôt en tant qu'ingrédient dans des préparations, notamment pour traiter les œdèmes articulaires. 



La médecine Indienne utilise aussi l'éphédra, notamment pour traiter l'asthme et les allergies. Il était généralement utilisé sous forme de jus d'éphédra (appelé soma) et était consommé pour s'assurer une plus grande longévité. L'éphédrine (principale substance active de l'éphédra) a été isolée en 1887 par un pharmacien japonais puis synthétisée en 1920. Cette substance est depuis très utilisée pour traiter l'asthme et la congestion nasale.

Encore employée comme antiasthmatique jusqu’au début des années 1990, on ne l’utilise presque plus que comme décongestionnant au niveau de la muqueuse nasale. La popularité actuelle de l'éphédra vient de son utilisation dans les régimes minceur, associée à la caféine. Elle est aussi présente dans des boissons énergisantes destinées aux sportifs.

Depuis quelques années, les pratiquants de musculation font une grande consommation d'éphédrine pour avoir plus d'endurance lors des entraînements et pour sécher (réduire la masse grasse tout en conservant le tissu musculaire).

A noter que depuis la fin des années 90, à cause des nombreux abus de consommation de l'éphédrine (ayant entraîné de sérieux effets secondaires), celle-ci est interdite à la vente (même en préparation officinale) et est considérée comme produit dopant. L'éphédra, quant à elle, est toujours en vente libre.

Ephédra : constituants principaux


L’éphédra renferme :
- Alcaloïdes (éphédrine, pseudo-éphédrine)
- Tanins
- Saponines
- Flavones
- Huile essentielle

L’éphédra est constituée de plusieurs substances chimiques, mais ce sont principalement deux constituants qui font d’elle une plante très prisée en phytothérapie : l’éphédrine et la pseudo-éphédrine. Ces deux substances sont des alcaloïdes qui stimulent le système nerveux central.

L'éphédrine est une substance proche de l'adrénaline, aux effets moins puissants mais dont la durée d'action est bien plus durable. Elle a cependant une action indirecte sur les récepteurs adrénergiques, potentialisant ainsi l’action de l’adrénaline. Ayant une structure similaire à celle des amphétamines, elle est largement utilisée pour synthétiser la méthamphétamine.

Il faut signaler que les Ephédras ne contiennent pas la même quantité d'éphédrine. Ainsi, l’espèce la plus riche en éphédrine est l’Ephédra sinica. Les espèces européennes et nord-américaines renferment une moins forte concentration d’éphédrine que celles originaires de Chine ou d’Inde. Et l’E. nevadensis n’en contient pas du tout.

La pseudo-éphédrine, quant à elle, permet de réduire le rythme cardiaque et donc de diminuer la tension artérielle. C’est pour cette raison que la plante entière est toujours commercialisée, la pseudo-éphédrine contrecarrant les effets indésirables provoqués par l’éphédrine.



  

Guide Minceur

Infos sur les régimes minceurs


Guide vitamines et minéraux

Infos vitamines, minéraux et omégas 3



^

Copyright © Foenix
Mentions légales