Accueil Aphrodisiaques Le Gingembre



Le Gingembre


Le gingembre est une plante appréciée de manière ancestrale en tant qu’épice, mais il est aussi très utile en médecine traditionnelle. Il est ainsi réputé pour ses propriétés aphrodisiaques et son efficacité sur les troubles digestifs.


En phytothérapie, les suppléments de Gingembre sont principalement destinés à deux usages. Celui qui est le plus réputé est bien entendu son action sur le tonus sexuel. Son 2ème usage, moins connu mais plus probant, est pour traiter les troubles de la digestion.

Le gingembre pour la santé

Le Gingembre est une grande plante originaire d'Asie, aux fleurs très colorées et au rhizome aromatique, utilisée comme condiment pour relever des mets, mais également pour ses vertus thérapeutiques. Le gingembre est connu et réputé pour ses propriétés aromatiques et médicinales depuis les temps anciens, c’est à dire depuis plus de 3000 ans selon toute vraisemblance.

Aux doses recommandées, le Gingembre peut être utilisé par tous ou presque, étant donné qu’il est peu contre-indiqué et qu’il ne provoque pas d’effets indésirables en dehors de l'aspect piquant (poivré) qui peut-être très fort si on a la main lourde.

Gingembre : description


Le gingembre ou Zingiber officinale Roscoe est une plante appartenant à la famille des Zingibéracées. Originaire d'Asie, plus particulièrement d'Inde, de Chine et de l'île de Java, il est actuellement cultivé dans tous les pays tropicaux et de manière générale dans la plupart des régions chaudes et humides de la planète, sur un sol riche.

Le gingembre est une plante vivace herbacée, semblable au curcuma. Sa racine ou plutôt son rhizome est horizontal et charnu. La pulpe qu’il contient sent le camphre et a une saveur piquante, brûlante et poivrée, particulièrement puissante. Le rhizome est de taille et de couleur variables selon la variété. On recense ainsi le gingembre gris (ou noir), le plus employé, gris à l’extérieur et jaunâtre à l’intérieur, et le gingembre blanc qui ne diffère du précédent qu’en ce qu’il est tout à fait blanc à l’extérieur, ceci en raison de sa décortication avant la dessiccation.

La partie aérienne du gingembre peut atteindre les 1m50 de hauteur et présente des feuilles alternes et lancéolées, odorantes. Ses fleurs sont regroupées en inflorescences terminales, nommées épis, à la base de bractées jaune orangé. Ces fleurs odorantes sont de couleur jaune-vert avec la lèvre rouge rayée de jaune. Étant stériles, on ne peut donc reproduire le gingembre que par division de son rhizome.

Quant au fruit, il s’agit d’une petite baie rouge ne produisant que peu de graines. Le rhizome du gingembre est récolté, le plus souvent manuellement, lorsque les parties vertes se dessèchent, c’est à dire après 6 (rhizome jeune ou immature) à 9 mois.

Il peut alors être consommé frais ou être séché. Dans de dernier cas, il sera moulu ou confit au sucre ou au vinaigre de riz. Le gingembre est considéré en France comme une épice à visée alimentaire. Elle est ainsi très employée en cuisine, notamment dans la cuisine asiatique et indienne. Mais dans de nombreux autres pays, son usage est avant tout officinal. 

Gingembre : histoire et origines


On retrouve sa trace dans de très vieux écrits chinois et dans des textes anciens provenant d’Inde.

Le terme de gingembre vient à l’origine du mot sanskrit ''shringavera'', qui signifie "en forme du bois du cerf". Les grecs ont emprunté ce mot et lui ont donné pour nom ''ziggiberis'', duquel découle le latin ''zingiber'', traduit en français par ''gingibre'' puis ''gingembre''. La première trace écrite du terme ''gingembre'' se trouve dans un ouvrage daté de 1256.

Sa racine est depuis très longtemps utilisée en médecine traditionnelle chinoise, notamment en tant que stimulant de la digestion. Le gingembre fut l'objet d'un très fort commerce entre l'Europe et l'Orient au Moyen Age et il transitait par la fameuse route des indes. Il fut même l'une des raisons de la recherche incessante pour découvrir une voie maritime de la route des Indes, tellement il était prisé.

En France, au XVI ° siècle, le gingembre est un tonique très répandu, connu pour fortifier le cœur et l'estomac et aider à résister aux venins. L'utilisation moderne du gingembre en phytothérapie remonte à seulement quelques années. En 1980, on découvrit par hasard que la consommation de gingembre réduisait les nausées en période de rhume. Les recherches qui suivirent prouvèrent l'efficacité de la plante dans le mal des transports et pour traiter les troubles de la digestion.



Néanmoins sa réputation ne vient pas de ces propriétés mais de ses vertus aphrodisiaques, depuis longtemps utilisées par la médecine arabe et asiatique.

Gingembre : constituants principaux


Voici les principaux constituants du gingembre :
- Eau
- Glucides, principalement de l’amidon (60%)
- Protéines
- Lipides (3 à 8%)
- Huile essentielle (2 à 3%) renfermant des sesquiterpènes (curcumène, zingibérène, zingibérol, bisabolène,…) et des monoterpènes (géranial, linalol, citronellal, néral,…)
- Oléorésine (5 à 6%) contenant des gingérols, des shogaols et des zingérones
- Phénols
- Fibres (cellulose)
- Enzyme (Protéase)
- Vitamines (A et B), minéraux (magnésium, …)

Le goût caractéristique du gingembre (piquant et chaud) provient principalement des gingérols. Constituant majeur du gingembre frais, sa concentration est cependant plus faible dans le gingembre séché, ce qui a pour effet de donner au gingembre sec un goût tout à fait différent de celui du gingembre frais.

Gingembre : propriétés


Il peut alors être consommé frais mais en règle générale, il est séché puis réduit en poudre ou bien confit. Il est aussi possible d'extraire de ce rhizome une huile essentielle, à la couleur paille et à la saveur poivrée. Mais l'essence de gingembre est utilisée en Aromathérapie et en parfumerie. Nous n'en parlerons donc pas dans ce site. D’autres parties de la plante peuvent être utilisées, telles que les feuilles et les jeunes pousses, mais cela reste encore très rare.

Le gingembre est surtout réputé pour son action stimulante sur le tonus sexuel, mais ces propriétés aphrodisiaques sont plus ou moins fondées. Il est également connu et utilisé en phytothérapie pour bien d'autres effets, notamment pour son efficacité sur les troubles digestifs et en tant que dynamisant.

En usage interne, le gingembre est :
- Aphrodisiaque
- Apéritif (stimule l’appétit)
- Carminatif (aide à expulser les gaz intestinaux)
- Fébrifuge (contre la fièvre)
- Antiémétique (action sédative sur la muqueuse de l’estomac)
- Stomachique (active la digestion)
- Cholagogue et hépato-protecteur
- Hypocholestérolémiant
- Sudorifique
- Stimulant général
- Antibactérien

Le gingembre est ainsi employé pour :
- Traiter une asthénie fonctionnelle passagère
- Prévenir et réduire les nausées et les vomissements chez les femmes enceintes, dans le mal des transports et le mal de mer
- Traiter les indigestions, les flatulences, les coliques
- Soulager la toux et soigner les rhumes, la grippe, les angines et divers autres troubles respiratoires

En usage externe, l'huile de gingembre dispose des propriétés suivantes :
- Antalgique
- Anti-inflammatoire
- Antiseptique

Il aide alors à :
- Réduire les douleurs rhumatismales
- Traiter les maux de gorge

Gingembre : posologie


Posologie d'utilisation du gingembre en usage interne :
- 500 mg à 1000mg de gingembre en poudre par jour
- 10 à 20 gouttes de teinture mère avant les repas.
- Infusion : 1g de gingembre pour 150ml d’eau bouillante. Prendre 3 tasses par jour.

Pour diminuer le risque de nausées, en prévision d’un voyage : doubler la prise la veille ainsi que le jour du départ.

En usage externe, voici comment utiliser le gingembre en phytothérapie :
- Friction avec l'huile ou la teinture mère sur la partie douloureuse
- Gargarisme avec 1 petite cuillère à café de teinture pour soigner les maux de gorge (à diluer dans de l'eau tiède).

Gingembre : mise en garde dangers


A condition de respecter les doses, le gingembre n'a aucune contre indication et peut être utilisé par tous. A noter tout de même que le gingembre peut être consommé par les femmes enceintes, mais seulement sur quelques jours, car mieux vaut éviter de trop longues périodes. D’autre part, le gingembre agit sans provoquer d’effets indésirables.

Comme il n’induit pas d’effets de somnolence et de difficultés de concentration, on peut ainsi l’utiliser dans le cadre d’un départ en voyage, en prévention de nausées, sans risquer de s’endormir au volant ou de ne pas profiter du paysage.

Associations avec d'autres plantes


Suivant le troubles que vous désirez traiter, vous pouvez mélanger le gingembre avec d'autres produits :
- Aphrodisiaque : gingembre + ginseng
- Nausées : gingembre + fenouil
- Nausées dues au mal des transports : gingembre (uniquement)


  

Guide Minceur

Infos sur les régimes minceurs


Guide vitamines et minéraux

Infos vitamines, minéraux et omégas 3



^

Copyright © Foenix
Mentions légales