La Valériane


La valériane, grande plante à l’odeur particulière, a été utilisée pour ses propriétés calmantes et sédatives depuis de nombreux millénaires. Aux doses recommandées, sa racine permet, sans réels effets indésirables, de réduire la nervosité liée au stress et par conséquent, de favoriser l’endormissement et d’améliorer la qualité du sommeil.


En phytothérapie, les suppléments de Valériane sont principalement utilisés en tant qu'anti-stress et sédatif. Ils procurent, de plus, un sommeil réparateur et de qualité.

La Valériane, pour un meilleur sommeil

Déjà à l’époque d’Hippocrate, la valériane était utilisée pour ses propriétés calmantes et sédatives. Elle l'est toujours ! L’action conjuguée de l'ensemble de ses composés permettent à la valériane de lutter contre les problèmes d’insomnie et d’angoisses. Elle permet en outre de calmer l’anxiété et la nervosité, notamment celles accompagnant un sevrage (tabagique).

Valériane : description de la plante


La valériane officinale ou Valeriana officinalis est une plante herbacée appartenant à la famille des Valérianacées. On la surnomme également : Valériane à petites feuilles, Valériane des collines, Guérit-tout, Herbe aux chats, Herbe à la femme meurtrie, Herbe de Notre-Dame, Herbe du loup, Herbe de Saint-Georges 

Il s’agit d’une plante herbacée, vivace par un rhizome, originaire d'Europe et d'Asie du Nord et appréciant les sols humides. Elle pousse dans les lieux humides de toute l’Europe tempérée et des États-Unis. Sa tige est creuse et cannelée et mesure jusqu'à 1,5 m de hauteur. Les feuilles sont découpées, avec des bords dentelés. Elles sont regroupées en rosette à la base et sont opposées sur la tige. Les fleurs sont roses ou blanches et de forme oblongue. Elles sont groupées en couronne au sommet des tiges, des cymes ombelliformes, et présentent une sorte d’éperon à la base de la corolle. Elles fleurissent de mai à août.

Les fruits ne contiennent qu’une seule graine non adhérente au fruit. Ce sont des akènes surmontés d’une aigrette plumeuse. Le rhizome, de couleur brun clair, est garni de nombreuses racines, qui s’enroulent et s’entortillent autour de lui. La racine a une odeur très forte, proche de l'urine de chat, ce qui a pour conséquence de les attirer : ils adorent se frotter à elles. D’où son nom « d’Herbe à chat ». L'odeur est encore plus puissante lorsque la racine sèche, en raison de la libération d’acide iso-valérianique.

Son nom provient du latin Valeriana qui dérive du verbe Valere signifiant "bien se porter".

Valériane : histoire et origines


L'histoire de la valériane se confond avec celle de la médecine. Hippocrate, médecin grec du 5ème siècle avant JC considéré comme le Père fondateur de la médecine, la recommandait déjà pour traiter les insomnies. Plus tard, ce sont les Romains qui l'ont employée pour lutter contre les palpitations cardiaques. Pline l’Ancien, naturaliste romain du début de notre ère, la conseillait comme décontractant.

Les amérindiens consommaient la valériane contre les troubles épileptiques et aussi pour soigner les blessures. En Europe, au Moyen Age, son utilisation se développe en tant que tranquillisant et sédatif. C'est à cette époque que la plante reçoit le surnom de "guérit-tout". On la retrouve ensuite au cours de la Première Guerre Mondiale. Ses propriétés calmantes étaient alors très utiles pour calmer le stress et les angoisses dus aux combats et aux bombardements.

Valériane : constituants principaux


La valériane renferme :
- Alcaloïdes (valérine et chatinine)
- Acides terpéniques : acide valérénique et acide iso valérénique
- Acide malique
- Acide valérianique
- Cétones : valéranone
- Aldéhydes terpéniques : valérénal
- Esters d'acide organique
- Huile essentielle (jusqu’à 1,2%) renfermant des alcools terpéniques (bornéol, eugénol), des alcools sesquiterpéniques (valénol) et des esters de ces alcools (isovalérate de bornyle et isovalérate d’eugényle)
- Sucs amers
- Tanins
- Esters d’époxy-iridoïdes : Valépotriates (valtrate et sovaltrate)
- Matières sucrées (saccharose)
- Une résine

L'action sédative provient essentiellement des valépotriates, des acides terpéniques, des alcools sesquiterpéniques et l’isovalérate de bornyle.

Valériane : partie utilisée en phytothérapie


En phytothérapie, on utilise la racine et les rhizomes de la valériane, âgés d'au moins 2 ou 3 ans. Il semblerait que la valériane poussant sur les hauteurs, dans les bois et les terrains maigres, aurait une odeur, une saveur et surtout des propriétés plus développées que celle croissant sur un terrain bas et le long des ruisseaux.



La racine et les rhizomes sont récoltés en automne lorsque la teneur en éléments actifs est la plus élevée. Ils sont ensuite lavés, coupés et séchés. La racine est fibreuse et développe une odeur très désagréable d'urine de chat en séchant.

Valériane : propriétés


- Sédative
- Relaxante
- Calmante
- Anti-convulsive
- Antispasmodique
- Décontractante

Usages thérapeutiques


- Favoriser l'endormissement et procurer un sommeil de meilleure qualité
- Traiter l'agitation nerveuse et l'anxiété liées au stress
- Traiter la migraine et les maux de tête
- Diminuer les palpitations d’origine nerveuse
- Améliorer l’humeur, voire diminuer l’agressivité
- Améliorer la concentration
- Réduire la fréquence et l'intensité des crises d'épilepsie
- Aider à lutter contre les crises d'angoisses dues à l'arrêt du tabac
- Calmer les douleurs et les spasmes gastro-intestinaux d’origine nerveuse
- Favoriser la digestion
- Réduire les convulsions
- Soulager les douleurs prémenstruelles ou menstruelles et lutter contre les bouffées de chaleur
- Détendre les muscles des épaules et du cou
- Traiter les crampes.

La valériane est donc une plante calmante très intéressante, produisant un effet anti-stress, sédatif et décontractant sans effet de somnolence et sans provoquer d’accoutumance. Elle peut être utilisée avec succès pour lutter contre le stress et l'énervement inhérents à une désintoxication tabagique, facilitant ainsi l’arrêt du tabac.

Valériane : posologie


Il est possible de profiter des effets calmants de la valériane en usage interne ou externe. De plus, on trouve maintenant des extraits de valériane standardisés en acide valérénique (0.8%) et en valtrates (1% à 1,5%).

Dosage en usage interne


Posologie en usage interne pour lutter contre la nervosité, le stress, … :
- Extrait standardisé : 250 mg à 400 mg, 3 fois par jour
- Valériane séchée : faire infuser 2 gr à 3 gr, pendant quelques minutes dans une tasse d'eau bouillante. 1 à 5 tasses par jour
- Teinture mère (1:5) : 1 ml à 3 ml, 1 à 5 fois par jour

Posologie en usage interne pour aider au sommeil :
- Extrait standardisé : 400 mg à 600 mg, 30 minutes avant de se coucher
- Valériane séchée : 1 tasse, 30 minutes avant de se coucher
- Teinture mère (1:5) : 4 ml à 6 ml, 30 minutes avant de se coucher

Dosage en usage externe


En usage externe, il est possible de profiter de ses bienfaits dans un bain. Faire infuser 100gr de racines dans 2 litres d'eau bouillante et ajouter à l'eau chaude du bain. A noter que les effets sur l'insomnie peuvent prendre de deux à quatre semaines à se manifester.

L'avantage de la valériane est qu'à doses standards, elle ne provoque aucun effet de somnolence et ne crée pas non plus de sommeil artificiel ou de mauvaise qualité comme les somnifères de synthèse. La valériane est fréquemment employée en association avec d’autres plantes : mélisse, houblon, aubépine, passiflore,…

Valériane : mise en garde, dangers


Il n'y a que peu d'effets indésirables à la consommation de valériane. On peut observer à haute dose :
- De légers malaises gastro-intestinaux à type de nausées ou coliques
- Un effet de somnolence
- Des troubles visuels
- Des troubles du rythme cardiaque

Par contre, contrairement aux somnifères médicamenteux classiques, la valériane, prise le soir au coucher, n’assomme pas et le réveil ne sera pas difficile. Quelques précautions sont à prendre en compte lors de la consommation de valériane :
- Attention à l’association à des plantes (houblon, passiflore, mélisse, aubépine,…) ou des médicaments (hypnotiques, anxiolytiques,…) aux effets similaires car leurs effets sédatifs et calmants pourraient s'ajouter à ceux de la valériane
- Ne pas conduire en raison d’un possible effet de somnolence
- Ne pas manipuler d'outils dangereux pour la même raison

Et en aucun cas, la valériane ne doit être utilisée par les femmes enceintes ou allaitant, et les enfants.

Valériane : derniers conseils


Vous pouvez associer la valériane avec d'autres produits, pour améliorer les effets, ou amplifier une propriété thérapeutique particulière :
- Insomnie avec réveils successifs, anxiété, nervosité, stress : valériane + aubépine + magnésium
- Désintoxication tabagique : valériane + café vert + chrome


  

Guide Minceur

Infos sur les régimes minceurs


Guide vitamines et minéraux

Infos vitamines, minéraux et omégas 3



^

Copyright © Foenix
Mentions légales